19 janvier 2013

Ross, l'homme aux mains d'or

 

arthur pass 7Je m'en vais vous conter l'histoire étrange et singulière de Ross, cet homme dont la vie entière est sujette aux fantasmes les plus fous, les plus beaux ou encore les plus vicieux, enfin bref une existence passionnante. Ross était un prénom qui allait parfaitement avec la physiologie de notre homme, prononciation rude allant avec un silhouette robuste, une barbe drue et des traits grossiers. Cela impose le respect n'est-il pas ?

Quoi qu'il en soit ce gaillard avait pas mal baroudé dans sa vie, fait tout les métiers du monde, et arrivé à l'âge de cinquante ans, l’expérience et le temps avaient forgé chez lui un caractère inébranlable, un moral d'acier, un tempérament de fifou, et il n'attendait plus rien de la vie, à part sa partie de pêche du dimanche matin sur la Garonne. C'est par hasard donc que son aventure commença, assit sur sa barque attendant que la truite sauvage morde, il fut en quelque sorte happé, c'est le mot, oui happé par une tempête féroce qui le fit dériver de la rivière à l'atlantique, de la méditerranée à la mer rouge, de l'océan indien au pacifique et il débarqua enfin sur les côtes sauvages et dangereuses de l'ouest de la Nouvelle-Zélande. Bien sur Ross n'avait rien vu de tout cela, occupé a ferré une grosse prise qu'il mangea ensuite, cru avec l'hameçon évidemment.truman track 2

On peut dire que l'environnement où il arriva ne lui plut pas particulièrement, que ça le faisait royalement chié et qu'il aurait bien ramé pour revenir à son point de départ. Cependant il ne pouvait, oui il ne pouvait car simplement sa barque fut littéralement aplatie contre la roche et propulsé dans les airs à une hauteur approximative de cinq mètres vingt cinq, tel un pancake que l'on balance hors de la poêle, ho que c'est amusant.

En revenant à l'environnement : jungle dense et impénétrable , pluie battante et discontinue, et pour finir l'ennemi numéro 1 de tout les êtres vivants de la planète, ce vampire batard, ce suceur de sang qu'est la mouche de sable attaquant sans relâche pour se gaver de chair fraîche.

 

Paragraphe coup de gueule.

Je voudrais simplement exprimer mon plus profond désaccord avec la dénomination « mouche de sable » qui est en grande partie erronée. Certes la mouche de sable vit, chasse, baise dans des endroits sableux, mais pas que, car la mouche de sable peut devenir mouche de rivière, mouche de forêt, mouche de prairie, mouche de montagne...etc. Je proposerais donc un nouveau nom tel que la mouche perfide, ou alors, plus grossier mais nettement plus compréhensible, la putain de mouche de merde. Voilà, c'est tout pour le moment.

 

Coup de machette après coup de machette Ross se fit un chemin dans cette végétation envahissante et enfin découvrit une ville. Affamé et sans le sou, cet être décharné chercha un travail à Hokitika. Il fut facilement prit par la principale firme de la région, une entreprise laitière multinationale, qui exploitait les pauvres âmes échoués tel Ross en les nourrissant de poudre pour bébé. Ross fut vite conscient que ce n'était pas pour lui, et comme il agissait plus qu'il ne parlait, décida de se rebeller, un peu comme Spartacus dans la Rome Antique, levant une armée de Robinson Crusoé. Ils se mirent à pisser dans les cuves à lait pour exprimer pleinement leur mécontentement et ensuite firent exploser l'usine. Le lait se répandit partout dans la rivière donnant une couleur étrange à l'eau mais agréable à l'oeil, d'ailleurs si j'étais vous je mangerais mes céréales dedans pour le petit déjeuner.

Anyway, Ross fut licencié avec les autres gus (injustement) mais il fut heureux car il sentit que sa destiné pourrait seulement s'accomplir en allant vers le sud.

 charleston

Point information

Le sud dans l'hémisphère où se déroule l'histoire que vous êtes en train de lire n'est pas le même que dans l'hémisphère nord. En effet, lorsque dans le sud vous cuisinez avec de l'huile d'olive Puget après une bonne partie de pétanque, un verre de pastis à la main, le chant des grillons dans vos oreilles, ici les gens marchent dans les glaciers, tout de mérinos vêtu, en se prenant une bonne brise glacé dans les dents, et non ce n'est pas une pub pour Freedent.

 

Ross voulait aller dans le sud mais cependant il ne put car une gigantesque inondation avait détruit le pont pour y accéder, et la rivière déchaînée n'avait plus de passage à guet. Tout semblait finit pour lui car devant ces flots ténébreux, Ross se sentit, pour la première fois de sa vie, impuissant. Il s'agenouilla dans la boue, tendit les mains vers le ciel et hurla d'un voix terrible cette question existentielle que tout le monde se pose au moins une fois dans sa vie «  POURQUOIIII? », mais nous on évite de beugler en général. La réponse vint soudaine, belle et puissante, Ross tourna la tête vers le courant et vit que l'eau brillait, brillait, brillait tellement qu'elle lui faisait mal aux yeux. Il s'approcha et alors émerveillement total, au fond gisait clairement une énorme pépite de ce métal précieux que tout le monde convoite, il s'agit bien sur de l'or

.lewis pass road 5

Après cette découverte sensationnelle, il ne s'arrêta pas la et prospecta dans toute la région comme un malade mental et devint riche. Survient alors une part de fantastique dans ce récit.

La légende raconte qu'il devint tellement riche qu'il put s'acheter une montagne et dans cette montagne il trouva une grotte où il entreposa tout ses lingots. Avant de mourir, il s’emmura vivant et s'endormit paisiblement sur toute sa richesse. Si par hasard vous vous promenez dans le coin un jours, vous pouvez voir encore le fantôme de Ross, combattant bravement avec sa machette, les féroces « sandflies ».

Cette histoire est une belle connerie, yeah yeah !

See ya

ross l'or 6

Posté par dolbylink à 12:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Ross, l'homme aux mains d'or

    Ross, le type qui a le cul aussi dégueulasse que les dents. Le mec qui tue les Indigènes et violent les poules. On raconte qu'une fois, un saumon qui remontait une rivière vaillamment a croisé le regard d'un Ross en pleine partie de pêche et l'honorable salmonidé s'est transformé en poisson pané, l'homme chantait du Pany et il est tombé dans le panneau. En panne ? Pas nous, c'est le panard bien qu'on soit pas nu.
    Pas besoin d'être en NZ pour péter les plombs nom de Dieu de merde.

    Posté par Onion, 21 janvier 2013 à 21:22 | | Répondre
  • Bon, c'est pas la peine de vous souhaiter la bonne année!! visiblement, toujours au soleil vous êtes alors que nous on caille!!! c'est l'hiver ici et pour de bon!!
    J'ai froid alors je suis jalouse mais je vous embrasse affectueusement quand même.

    Posté par tata marie, 29 janvier 2013 à 20:03 | | Répondre
Nouveau commentaire